jeudi 30 janvier 2014

VISITE DU FORTE DOS REIS MAGOS

Le "Fort des Rois Mages" a commencé à être construit le 6 janvier 1598, jour des Rois Mages! Ainsi, entre deux bouchées de galette des rois et une eau de coco bien fraîche, des portugais provenant de Recife ont entamé l'édification de ce fort, situé à l'embouchure du Rio Potengi, pour défaire l'hégémonie des populations locales françaises et indigènes qui jusqu'alors dominaient le territoire.


Des petits pêcheurs sont là pour courir après les caranguejos et autres petits poissons. Un petit chemin aux dalles brillantes nous mène jusqu'au fort, malheureusement fermé ce jour précis!


* * *
L'AVENTURE DES TAXIS:
Il faut toujours se méfier des taxis au Brésil. Nous avons pu vérifier que certains ne ratent pas une seule occasion pour grappiller quelques réals ou pour nous mettre dans des situations délicates.
Le fort n'est accessible qu'en taxi, nous avons donc demandé à un premier taxi de nous y conduire. A quatre, cela faisait environs 15R$ soit 5€. Tout va bien jusqu'ici. Mais en arrivant là-bas, le conducteur nous dit: 
"Au fait! Le fort est fermé! Si vous voulez je vous attends et je laisse le compteur comme ça!"
Le "comme ça" voulait en fait dire: Je laisse le compteur tourner! Pendant toute la promenade??? Oui oui!
Heureusement, grâce aux merveilleuses qualité polyglottes des passagers de l'équipage, la première arnaque est délicatement contournée.
 
Après notre petite visite des lieux et l'admiration de ces paysages bien distincts de l'univers européen, place à la seconde arnaque, cette fois bien moins comique!
Nous prenons un deuxième taxi pour rejoindre l'arrêt de bus le plus proche. A première vue tout semble rouler. Cependant, l'arrêt où nous dépose ce conducteur n'est pas le même qu'à l'aller. Il nous assure que les bus pour Ponta Negra (là où nous résidons) passent bien par ici. Très bien.
Nous nous trouvons face à un hôtel luxueux, devant nous l'océan fait son grand spectacle, et pas loin de nous se trouvent assis deux jeunes brésiliens. Quelques 20 minutes passent et toujours aucun autobus n'est passé. Nous patientons encore et encore lorsque soudain un troisième taxi s'arrête brusquement devant nous en criant:
"O qué que estão fazendo aqui? Subam comigo eu levo vocês para Ponta Negra por 10R$!"
 Excellente affaire pour nous, nous allions rentrer à la maison en taxi au prix de d'autobus! Mais ce que le conducteur nous explique après nous laisse de marbre:
"Essa é a pior zona da cidade, na frente desse hotel! Vocês vem as escadas por trás dele?? Por trás tem a favela! Os malandros baixam, roubam e sobem de novo sem que vocês possam fazer qualquer coisa! Normalmente tem sempre policia aqui, mas é hora do almoço!"
Effectivement, nous regardons derrière les bâtiments cotiers et d'étroits escaliers blancs bien raides menaient vers des habitations toutes déglinguées faites de tuiles et de briques apparantes. Nous nous trouvions au pied de la favela!
Le taxi sauveur nous dépose sains et saufs à Ponta Negra et nous gardons en tête une anecdote qui fini bien et le souvenir de milieux naturels hors du commun.

1 commentaire:

  1. Ah mademoiselle Cuerva... Quand je vois tes déboires avec les taxis, je me demande s'il est bien nécessaire que tu fasses la "route de la mort" sur ton petit vélo et que tu ailles dans la forêt amazonienne ou en Colombie :p

    RépondreSupprimer